Monthly Archives: December 2013

Précieuses, pas ridicules – Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

Standard

9782354881528

 

Titre : Précieuses, pas ridicules.
Auteur : Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (illustrations).
Année : 2012.
Editeur : Gulf Stream / Et toc!
Genre : Essai rigolo et indispensable.

Nombre de pages : 237.

Public : A partir de 13 ans.

Quatrième de couverture :

Avec cet abécédaire, plus question de prendre de pincettes ! Plus de tabous pour parler des femmes, de leur histoire, de leurs œuvres et de leurs droits. Au fil des pages, romancières, super héroïnes, ” quiches de Molière ” et ” cruches psycho-rigides ” donnent un aperçu du beau sexe. A toi de décider si tu es plutôt Lara Croft ou Shanon (L World), Madame de Merteuil ou une Guerilla Girl. Tu découvriras un autre sens de ” KKK “, le pouvoir du ” Non ! “, quelques dates capitales et beaucoup de références à des livres, films et séries qui parlent de femmes. Autant d’articles qui feront regretter aux hommes d’avoir laissé les femmes apprendre à écrire !

Avis :

Petit précis de féminisme, résumé partial de l’Histoire des Femmes, conseils mine de rien et mises au points nécessaires, à faire lire à vos nièces, soeurs et filles, après l’avoir lu vous-mêmes ! Une source aussi de livres, de films, de musique à découvrir, de Wonder Woman à Virginia Woolf, de Simone de Beauvoir à Marion Zimmer Bradley. Charlotte Bousquet utilise sa plume et son humour pour nous rappeler quelques faits dramatiques (un médecin guillotiné, au XXème siècle, pour avoir pratiqué l’avortement) et des victoires heureuses. Jamais culpabilisant si on est une “vraie fille” (sauf peut-être à utiliser ce genre d’expression), ouvert sur les autres droits (accès à l’éducation, droits civiques), n’opposant jamais femmes et hommes (mais soulignant les “oublis” de l’Histoire, la force du patriarcat et l’importance trop souvent oubliée des pressions sociales), cet ouvrage est une bible. Et son caractère très facile d’accès n’est pas la moindre de ses qualités.

Advertisements

La Colline de l’oubli – Eve Terrellon

Standard

Couverture La colline de l'oubli 002

Titre : La Colline de l’oubli.
Auteur : Eve Terrellon.
Année : 2013.
Editeur : Laska.
Genre : Romance historique.

Nombre de pages : ebook.

Public : Adolescent/Adulte.

Quatrième de couverture :

John ne connaît rien d’autre que la ferme de ses parents, où il a toujours vécu. Elevé au sein d’une communauté rigoriste, il sait cependant qu’existe davantage que le christianisme étroit et conquérant de son oncle, depuis qu’il a découvert, adolescent, la présence d’Indiens Sioux sur ses terres. L’un d’eux, encore enfant, l’a particulièrement marqué, et il n’a jamais oublié son nom : Mahpee…Des années plus tard, sa sœur est secourue par une Indienne qui se présente à lui sous le nom de Chumani. Sa ressemblance avec le petit garçon d’autrefois est troublante. Plus troublante encore est la haine que semblent lui porter l’oncle de John, ainsi qu’une partie de la communauté blanche. Partagé entre sa famille, son éducation et son sens moral, John finit par s’attacher à Chumani malgré les avertissements. Mais est-il prêt à entendre la vérité, toute la vérité ?

Avis :

Je ne pensais pas un jour parler de romance sur ce blog, somme toute plus militant que romantique. Mais on ne peut jamais dire jamais.
Ce sont Cindy Van Wilder et Anne Rossi qui, connaissant mas centres d’intérêt, m’ont conseillé ce livre, que j’ai enfin pu lire ces trois derniers jours.
Alors oui, le style peut être un peu trop lyrique, un poil trop sucré, et les descriptions physiques du personnages de Chumani traversent de temps en temps la mince frontière entre beauté et exagération.
Mais… Il y a un mais… La sensibilité dont fait preuve l’auteur, les interrogations qu’elle ordonne à son héros, la manière dont, à aucun moment, elle ne juge ou ne construit des personnages viscéralement mauvais ou bon, voilà qui résonne comme un coup de pied finalement salvateur dans le monde de la littérature des genres. Car ce qui passerait comme normal dans une romance hétéro, comme mignon dans une romance gay, ici devient bien plus. Parce que le “sujet” de la transexualité est si rare, voire absent de nos littérature, et notamment des littératures dites “de gare”, “pas importantes”, de celles qu’on lit pour se distraire et non pour se mettre en colère ; pour cette raison-là, précisément, La Colline de l’oubli est un grand roman.

Rencontre à Strasbourg le 13 décembre 2013

Standard

amnestylgbt

« Je ne veux pas me cacher. Je vis ouvertement. Ce n’est pas facile au Bélarus mais je veux montrer aux gens que je suis une personne comme une autre. »
Ihar Tsikhanyuk.

Ihar Tsikhanyuk, jeune homosexuel et drag queen, a été détenu et battu par la police en raison de son orientation sexuelle et de son militantisme pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transsexuelles et intersexuées (LGBTI). Frappé et menacé, il est finalement libéré sans chef d’inculpation. Depuis, il se bat pour obtenir justice.

Venez rencontrer et soutenir Ihar Tsikhanyuk !

>> Vendredi 13 décembre au matin au lycée d’Haguenau
>> Vendredi 13 décembre à 20h à la Station à Strasbourg

~ Une action organisée par Amnesty International dans le cadre des “10 jours pour signer” du 6 au 13 décembre : http://10jourspoursigner.org/
~ Une action organisée en partenariat avec la Station – Centre Lgbti Alsace – merci à eux !

La Règle d’or – Isabelle Minière

Standard

regledor

 

Titre : La Règle d’or.
Auteurs : Isabelle Minière.
Année : 2013.
Editeur : Editions du Jasmin / Roman jeunesse.
Genre : Amitiés et découvertes.

Nombre de pages : 63

Public : A partir de 8 ans.

Quatrième de couverture :

C’est la rentrée. Léo est content : il va retrouver son école, mais surtout ses copains Alex, Sophie et la belle Agathe. Il y a un nouveau, Camille. Il est bien différent des autres et ne laisse personne indifférent. Certains élèves le trouvent bizarre, se moquent de lui et lui cherchent querelle. Mais d’autres sont captivés par son air rêveur, son esprit libre et généreux et sa fameuse règle d’or… Un livre sur l’amitié, le respect, la tolérance.

Avis :

Je ne savais à quoi m’attendre en ouvrant ce petit ouvrage. Et puis j’y ai trouvé ce qui fait le plaisir des mômes : l’école, la récréation, une gentille maîtresse, des amours de bambins, et un petit esprit d’aventure. Et, en guise de cerise, cette fameuse règle d’or, exprimé sans emphase et sans naïveté par un petit bonhomme mystérieux et par sa fameuse famille.
Si j’ai choisi de chronique ce bijou ici et non sur Lisez vos droits, c’est que La Règle d’or décrit sans politique et sans blabla ce que des milliers de personnes sont toujours aveugles à voir aujourd’hui en France, ce que des milliers de personnes refusent à des gens moins “normaux” qu’eux : celui d’élever un enfant.

Revue web : Le Blog de Quai des Brumes

Standard

La librairie du Quai des Brumes, à Strasbourg, est de celles qu’on aime au premier regard. Une librairie indépendante, qui présente sur ses étals des livres humanistes, témoignages et études historiques ou sociologiques. Les coups de coeur y sont recensés par des petites feuilles roses couvertes des impressions du libraire-lecteur. Et ces petites taches roses fleurissent dans tout le magasin.
Et si je m’y intéresse cette semaine c’est que le blog qui y est associé a publié un petit article qui a retenu mon attention : Question de genre sur les rives de la Méditerranée, un sujet ô combien tabou (car la “Méditerranée” est considérée comme machiste et homophobe, sans nuance) avec des livres qu’on a envie de lire.
A lire et un blog à découvrir, même si vous n’habitez pas Strasbourg.