Category Archives: discrimination

Mon nom est colère

Standard

Reverse-Discrimination

Comme vous le savez si vous me suivez depuis quelques temps, ce blog cherche à se focaliser sur les démarches positives concernant le féminisme et les combats LGBT+ (entre autres)

C’est pourquoi, hors des critiques de films, livres et Bds, je ne cherche pas à « gueuler haut et fort »

Je ne vais pas faire d’exception aujourd’hui. Et pourtant la colère est toujours là, bien présente, construite sur des années de galère et de harcèlement.

Nous parlons souvent du harcèlement social : celui des publicités et des médias, celui des carcans sociaux, celui des paroles politiques.

Nous parlons moins, peut-être (sans doute), par honte quand nous l’avons vécu, du harcèlement dit scolaire, dus aux profs, mais surtout du aux camarades de classes, à ceux avec lesquels on a pu partager plus de douze ans de vie, et qui vous laisse un goût amer dans la bouche.

Toujours trop et jamais assez, viril, mince, populaire, beau, riche, séduisant, et ainsi de suite.

Ces piques des cours de récréation et des heures de cantine m’ont fait personnellement adoré les cours : les seuls moments de la journée où on me foutait la paix. J’en suis devenue intello. Æ rajouter sur tout le reste.

Je ne me plains pas : ma résilience a sauvé les premières trente années de ma vie. La colère et l’entêtement sont en train de sauver le reste.

Il y a de multiples façon de se reconstruire après la honte, il y a mille manières de créer (ou pas d’ailleurs) Mais dans toutes les personnes que j’ai pu rencontrer, dans le monde littéraire comme dans le monde associatif, ce que je note comme point commun, c’est cette volonté inébranlable de mettre l’Autre dans la lumière. Pas forcément soi-même, parce que la honte reste bien ancrée des fois. Mais les Autres, tous les autres.

Les pas assez blancs, les trop folles, les maladroits (mais pas dans le sens Mary Suesque du terme), les pas finis, les isolés malgré eux, les isolés par choix, les tout seuls et ceux qui se sentent trop seuls.

Bref tous ceux qui n’apparaissent dans les fictions que comme ressort comique ou comme sujet de drame (on aide la personne handicapée, la personne handicapée n’est jamais héros ; on résout le crime de la prostituée trans*, mais la prostituée (ou non) trans* n’est jamais héroïne de sa propre vie)

Pendant longtemps, en fiction, nous n’avons été que des outils de narration.

Il est temps de retourner l’échiquier et de faire valser toutes les pièces.

Ce qui est étrange aujourd’hui, c’est que j’ai voulu exprimer ma colère froide dans un blog (oui encore un) et que dans le même temps ma très chère Cindy Van Wilder exprimait avec force et magistrale démonstration tout ce que je viens d’écrire ici.

La colère est ici : http://parolesdemacho.tumblr.com/

Le discours indispensable est là : https://cindyvanwilder.wordpress.com/2015/07/13/you-look-disgusting-vive-la-diversite/

Advertisements