Tag Archives: blog

Mon nom est colère

Standard

Reverse-Discrimination

Comme vous le savez si vous me suivez depuis quelques temps, ce blog cherche à se focaliser sur les démarches positives concernant le féminisme et les combats LGBT+ (entre autres)

C’est pourquoi, hors des critiques de films, livres et Bds, je ne cherche pas à « gueuler haut et fort »

Je ne vais pas faire d’exception aujourd’hui. Et pourtant la colère est toujours là, bien présente, construite sur des années de galère et de harcèlement.

Nous parlons souvent du harcèlement social : celui des publicités et des médias, celui des carcans sociaux, celui des paroles politiques.

Nous parlons moins, peut-être (sans doute), par honte quand nous l’avons vécu, du harcèlement dit scolaire, dus aux profs, mais surtout du aux camarades de classes, à ceux avec lesquels on a pu partager plus de douze ans de vie, et qui vous laisse un goût amer dans la bouche.

Toujours trop et jamais assez, viril, mince, populaire, beau, riche, séduisant, et ainsi de suite.

Ces piques des cours de récréation et des heures de cantine m’ont fait personnellement adoré les cours : les seuls moments de la journée où on me foutait la paix. J’en suis devenue intello. Æ rajouter sur tout le reste.

Je ne me plains pas : ma résilience a sauvé les premières trente années de ma vie. La colère et l’entêtement sont en train de sauver le reste.

Il y a de multiples façon de se reconstruire après la honte, il y a mille manières de créer (ou pas d’ailleurs) Mais dans toutes les personnes que j’ai pu rencontrer, dans le monde littéraire comme dans le monde associatif, ce que je note comme point commun, c’est cette volonté inébranlable de mettre l’Autre dans la lumière. Pas forcément soi-même, parce que la honte reste bien ancrée des fois. Mais les Autres, tous les autres.

Les pas assez blancs, les trop folles, les maladroits (mais pas dans le sens Mary Suesque du terme), les pas finis, les isolés malgré eux, les isolés par choix, les tout seuls et ceux qui se sentent trop seuls.

Bref tous ceux qui n’apparaissent dans les fictions que comme ressort comique ou comme sujet de drame (on aide la personne handicapée, la personne handicapée n’est jamais héros ; on résout le crime de la prostituée trans*, mais la prostituée (ou non) trans* n’est jamais héroïne de sa propre vie)

Pendant longtemps, en fiction, nous n’avons été que des outils de narration.

Il est temps de retourner l’échiquier et de faire valser toutes les pièces.

Ce qui est étrange aujourd’hui, c’est que j’ai voulu exprimer ma colère froide dans un blog (oui encore un) et que dans le même temps ma très chère Cindy Van Wilder exprimait avec force et magistrale démonstration tout ce que je viens d’écrire ici.

La colère est ici : http://parolesdemacho.tumblr.com/

Le discours indispensable est là : https://cindyvanwilder.wordpress.com/2015/07/13/you-look-disgusting-vive-la-diversite/

Advertisements

Bientôt 50 !

Standard

Après près d’un an et demi d’articles, plus ou moins réguliers, nous allons atteindre le 50ème post !

Pour en faire un petit événement, j’aimerai vous donner, vous, chers/chères lecteurs/lectrices, l’occasion de vous exprimer. Et pour rester dans le cadre et la philosophie du blog, voici ce que je vous propose.

hashtag

Il s’agira de m’envoyer une petite phrase, liée à l’art, au cinoche, à la littérature, à l’éducation, bref ce que vous voulez dans le milieu culturel, et qui met en avant ce que le féminisme vous a apporté. Ou vous apporte encore.
Bref donnez-moi de l’optimisme et des sourires, histoire de voir que le combat a aussi ses petites victoires.

Vous pouvez envoyer tout cela, avec votre nom/pseudo, votre âge, votre ville (les deux derniers en option), à :

domudeigiana [at] gmail.com

Sois polie et tais-toi !

Standard

C’est un petit coup de gueule aujourd’hui que je me permets sur ce blog.

Le but de « Comment tu t’habilles ? » est de porter un regard léger et, du moins en surface, optimiste sur les questions de genre. C’est pour cela que je m’attache plus à décrire des œuvres (films, livres, etc) qui portent un regard positif sur le féminin, le féminisme et les genres. Sur l’acceptation de l’autre.

Cela cache, bien entendu, une colère profonde envers la société qui a fait taire pendant si longtemps celle que je suis. La victime de violence d’abord, mais aussi la personne entière. Dans mes goûts, dans ma façon de me comporter, dans ma manière de vivre, qui ne correspondent tellement pas à « l’idéal féminin ». Je reste quelqu’un d’optimiste. Je pense toujours qu’on peut convaincre quelqu’un en lui faisant lire un livre ou regarder un film plutôt qu’en lui gueulant dessus (je suis très très très réfractaire aux mouvements conçus comme agressifs, et, surtout, j’évite de polémiquer pour polémiquer) J’admire les personnes qui savent se battre de front, et savent le faire intelligemment.

Mais ce n’est pas moi et je préfère rester polie et souriante, sans pour autant me faire marcher sur les pieds.

Cependant, je revendique le droit de gueuler, d’être ordurière, voire de dépasser mes limites quand un coup de sang me prend. Quand une parole me blesse ou me semble injuste.

J’ai le droit.

Même si les gros mots, « c’est moche dans la bouche d’une fille ».

J’ai su dire des gros mots avant, bien avant de dire mes faiblesses.

J’ai su dire des gros mots avant, bien avant de voir que j’étais une victime.

J’ai su dire des gros mots avant, bien avant de reconnaître mes forces.

J’ai su dire des gros mots avant, bien avant de savoir que j’étais une femme.

J’ai su dire des gros mots avant, bien avant de comprendre que ce n’était pas un défaut.

Beaucoup de gens se sont offusqués sous la vidéo ci-dessous qu’être ordurier (surtout quand on est une petite fille entre 6 et 13 ans… soit la tranche d’âge où on apprend les gros mots), desservait le féminisme.

Alors, la petite fille de 6 à 13 ans que j’ai été, et la femme féministe et fière que je suis aujourd’hui, vous dit, tout simplement :

Allez vous faire foutre.

Très amicalement 🙂

https://www.facebook.com/video.php?v=793691827336181&fref=nf

Revue Web : Zen Pencils

Standard

Aujourd’hui un petit focus sur le site “Zen Pencils”

It’s a website where inspirational quotes from famous people are adapted into cartoons.

Voici la description (le “pitch”) simple et direct du site, expliqué par son auteur, le dessinateur Gavin Aung Than. Illustrer des citations “qui font du bien” (ma propre définition de inspirational), citations faites par des artistes, hommes.femmes politiques et personnalités publiques diverses.

Certes Gavin Aung Than n’illustre pas uniquement des discours féministes ou antisexistes. Mais certaines de ses planches le sont. Par exemple celle sur Sir Ken Robinson (ici ce n’est pas le discours qui est spécifiquement antisexiste, mais bien l’illustration qu’en fait Aung Than), ou celle sur Maya Angelou.

Je vous conseille donc fortement, dans votre temps de procrastination, de découvrir ce très chouette site.

Petite règle de bienséance

Standard
Antihysteros 10h

Voilà la preuve qu’avec les hystériques féministes, il n’y a pas de discussion possible.

Dès qu’on avance des arguments différents des leurs, elles nous ressortent le mainsplaining…

Si vous fréquentiez des gens normaux et vous habilliez décemment, vous ne vous feriez pas siffler ni accoster.

Ici, je connais personne qui a été agressée ni opprimée. Pourtant, j’en connais des filles !!!!

Si vous pensiez avoir envie de rédiger ce genre de commentaire.

bingo

Ou si vous pensiez pouvoir remplir ce petit bingo en en écrivant un…

Abstenez-vous (Je modère de toute façon, personne n’a besoin de trolls sur ce blog ou sur n’importe quel autre blog)

Merci.

Ce qu’il faut lire n’est pas ici

Standard

Mais là, chez CrêpeGeorgette, pour un coup de gueule qui fait chialer parce que y’a des soirs où on n’a plus envie de rester dans le second degré et le rire pour supporter sa vie et la vie de toutes (je dis bien toutes) celles qui nous entourent;

Et aussi : que nous n’avons pas le temps. Nous les femmes. Nous n’avons pas l’éternité devant nous. Certaines d’entre nous n’ont pas une semaine de plus ou un jour de plus à perdre pendant que vous discutez de ce qui pourra bien vous permettre de sortir dans la rue et de faire quelque chose. Nous sommes tout près de la mort. Toutes les femmes le sont. Et nous sommes tout près du viol et nous sommes tout près des coups. Et nous sommes dans un système d’humiliation duquel il n’y a pour nous aucune échappatoire. Nous utilisons les statistiques non pour essayer de quantifier les blessures, mais pour simplement convaincre le monde qu’elles existent bel et bien. Ces statistiques ne sont pas des abstractions. C’est facile de dire « Ah, les statistiques, quelqu’un les tourne d’une façon et quelqu’un d’autre les tourne d’une autre façon. » C’est vrai. Mais j’entends le récit des viols les uns après les autres, après les autres, après les autres, après les autres, ce qui est aussi la manière dont ils arrivent. Ces statistiques ne sont pas abstraites pour moi. Toutes les trois minutes une femme est violée. Toutes les dix-huit secondes une femme est battue par son conjoint. Il n’y a rien d’abstrait dans tout cela. Ça se passe maintenant au moment même où je vous parle.

Revue web : Le Blog de Quai des Brumes

Standard

La librairie du Quai des Brumes, à Strasbourg, est de celles qu’on aime au premier regard. Une librairie indépendante, qui présente sur ses étals des livres humanistes, témoignages et études historiques ou sociologiques. Les coups de coeur y sont recensés par des petites feuilles roses couvertes des impressions du libraire-lecteur. Et ces petites taches roses fleurissent dans tout le magasin.
Et si je m’y intéresse cette semaine c’est que le blog qui y est associé a publié un petit article qui a retenu mon attention : Question de genre sur les rives de la Méditerranée, un sujet ô combien tabou (car la “Méditerranée” est considérée comme machiste et homophobe, sans nuance) avec des livres qu’on a envie de lire.
A lire et un blog à découvrir, même si vous n’habitez pas Strasbourg.

Revue web : Genre !

Standard

Genre ! est un blog que j’ai découvert il y a quelques mois, au moment de “l’affaire Lara Croft” qui a fait quelques vagues violentes dans le monde du jeu vidéo et des geeks. Je lis toujours avec plaisir les différents articles qui y sont postés, étant parfois d’accord, parfois non avec eux. Toujours en m’interrogeant sur les problématiques soulevées.
Je pense qu’il s’agit d’un site incontournable quand on s’intéresse à la question du genre dans notre société actuelle.
A découvrir, donc, si ce n’est déjà fait !

Premiers pas

Standard

Blog jumeau de Lisez vos droits, Comment tu t’habilles n’est pas un blog de fringues. Eh non ! Il s’agit ici de chroniquer les médias traitant de l’identité et du genre, dans tout ce que cela peut avoir de varié et de militant (ou pas)
Vous y trouverez des livres (fiction, jeunesse, imaginaire), des films, des séries, des bandes dessinées, voire des essais. En espérant que vous y trouverez de l’intérêt ! 🙂