Tag Archives: histoire

14 Juillet 2015 – Rappel

Standard

200px-OlympeDeGouge

Femme, réveille-toi; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l’univers; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n’est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l’usurpation. L’homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes pour briser ses fers. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. Ô femmes! Femmes, quand cesserez-vous d’être aveugles ? Quels sont les avantages que vous recueillis dans la révolution ? Un mépris plus marqué, un dédain plus signalé. Dans les siècles de corruption vous n’avez régné que sur la faiblesse des hommes. Votre empire est détruit; que vous reste t-il donc ? La conviction des injustices de l’homme. La réclamation de votre patrimoine, fondée sur les sages décrets de la nature; qu’auriez-vous à redouter pour une si belle entreprise ? Le bon mot du Législateur des noces de Cana ? Craignez-vous que nos Législateurs français, correcteurs de cette morale, longtemps accrochée aux branches de la politique, mais qui n’est plus de saison, ne vous répètent : femmes, qu’y a-t-il de commun entre vous et nous ? Tout, auriez vous à répondre. S’ils s’obstinent, dans leur faiblesse, à mettre cette inconséquence en contradiction avec leurs principes; opposez courageusement la force de la raison aux vaines prétentions de supériorité; réunissez-vous sous les étendards de la philosophie; déployez toute l’énergie de votre caractère, et vous verrez bientôt ces orgueilleux, non serviles adorateurs rampants à vos pieds, mais fiers de partager avec vous les trésors de l’Etre Suprême. Quelles que soient les barrières que l’on vous oppose, il est en votre pouvoir de les affranchir; vous n’avez qu’à le vouloir. Passons maintenant à l’effroyable tableau de ce que vous avez été dans la société; et puisqu’il est question, en ce moment, d’une éducation nationale, voyons si nos sages Législateurs penseront sainement sur l’éducation des femmes.

Postambule de la Déclaration des Droits de la Femme. Olympe de Gouges. 1791.

Advertisements

Précieuses, pas ridicules – Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini

Standard

9782354881528

 

Titre : Précieuses, pas ridicules.
Auteur : Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (illustrations).
Année : 2012.
Editeur : Gulf Stream / Et toc!
Genre : Essai rigolo et indispensable.

Nombre de pages : 237.

Public : A partir de 13 ans.

Quatrième de couverture :

Avec cet abécédaire, plus question de prendre de pincettes ! Plus de tabous pour parler des femmes, de leur histoire, de leurs œuvres et de leurs droits. Au fil des pages, romancières, super héroïnes, ” quiches de Molière ” et ” cruches psycho-rigides ” donnent un aperçu du beau sexe. A toi de décider si tu es plutôt Lara Croft ou Shanon (L World), Madame de Merteuil ou une Guerilla Girl. Tu découvriras un autre sens de ” KKK “, le pouvoir du ” Non ! “, quelques dates capitales et beaucoup de références à des livres, films et séries qui parlent de femmes. Autant d’articles qui feront regretter aux hommes d’avoir laissé les femmes apprendre à écrire !

Avis :

Petit précis de féminisme, résumé partial de l’Histoire des Femmes, conseils mine de rien et mises au points nécessaires, à faire lire à vos nièces, soeurs et filles, après l’avoir lu vous-mêmes ! Une source aussi de livres, de films, de musique à découvrir, de Wonder Woman à Virginia Woolf, de Simone de Beauvoir à Marion Zimmer Bradley. Charlotte Bousquet utilise sa plume et son humour pour nous rappeler quelques faits dramatiques (un médecin guillotiné, au XXème siècle, pour avoir pratiqué l’avortement) et des victoires heureuses. Jamais culpabilisant si on est une “vraie fille” (sauf peut-être à utiliser ce genre d’expression), ouvert sur les autres droits (accès à l’éducation, droits civiques), n’opposant jamais femmes et hommes (mais soulignant les “oublis” de l’Histoire, la force du patriarcat et l’importance trop souvent oubliée des pressions sociales), cet ouvrage est une bible. Et son caractère très facile d’accès n’est pas la moindre de ses qualités.